jeudi, 03 novembre 2011 17:39

Les beaux Chapeaux

Exposition conçue avec Pippa Cleator, créatrice de chapeaux, présentée à Montreuil en octobre 2009

1900-1920, Les beaux jours des chapeaux

Entre 1900 et 1920 la vie des femmes en Europe change profondément. Après la première guerre mondiale, rien n'est plus comme avant. La mode, comme toujours, accompagne ces bouleversements et particulièrement la mode du chapeau.

Commençant le siècle comme un plateau de taille moyenne, orné d'une délicieuse garniture et perché sur une coiffure modérée, le chapeau ne cesse de s'élargir. Vers 1910, son envergure oscille entre 40 et 50 cm. Les plumes font fureur et des oiseaux entiers se posent parfois sur la tête de ces dames. L'usage du ruban est également démesuré. Pour accommoder l'énorme calotte de ces chapeaux dinosaures, la coiffure des femmes gagne en volume grâce aux mèches postiches et aux rouleaux de crin. La femme bourgeoise, bel ornement dans une Belle Epoque, met des heures à s'habiller et se coiffe plusieurs fois par jour.

Après la guerre et jusqu'aux années 20, un nouveau style se dégage : le chapeau devient plus petit, asymétrique, épousant la forme d'une cloche. Plus ou moins sobre, il emboîte la tête jusqu'aux sourcils à la faveur des nouvelles coiffures à cheveux courts. En réponse à une demande nouvelle de bouger et penser librement, le corps se libère enfin du corset, des épaisseurs de sous-vêtements et des chapeaux gigantesques.

Comme un papillon léger échappé du carcan de sa chrysalide, la femme moderne prend son envol.

 

Plus dans cette catégorie : « Snapshot, le vif argentique